Archive for ‘Ca papote’

janvier 19, 2013

En 2013…

Je me professionnalise!

Vous êtes maintenant nombreuses (et moins nombreux pour les garçons) à suivre mon blog chaque jour et je vous remercie pour votre fidélité et tous vos commentaires qui à chaque fois me conforte dans mon idée: se faire plaisir et faire plaisir!

Cela fait maintenant 1 an que je crée des éléments décoratifs, des albums et autres petits objets personnalisés.
Au début, une simple passion et surtout un moyen de se détendre et laisser libre court à mon imagination.

Et puis chemin faisant, les copines, les copines des copines, des gens que je ne connaissaient pas du tout ont commencés à me passer des commandes!
Et là, quelle ne fut pas ma surprise de voir que mes créations vous plaisaient vraiment et que vous vouliez les avoir chez vous ou pour vos évènements.

C’est pourquoi en 2013, je décide de rajouter quelque chose de plus à ma vie en me déclarant en tant qu’auto-entrepreneur.
N° de siret en poche, me voici à créer un nouveau site Internet: www.assisesurletoit.com pour proposer à mes clientes et futures clientes une vitrine de mes créations.
Ce site est à ses débuts et j’espère progresser grâce à vous qui m’inspirez chaque jour un peu plus!

Un logo est également en préparation…

A celles qui se posent la question, non je ne compte pas faire cela à 100%.
J’ai un métier la journée, je travaille dans le domaine de la formation pour adultes. C’est un travail que j’aime et qui m’apporte énormément. J’espère également transmettre le plus de choses possibles et aider les personnes que je forme.

Il est souvent difficile dans une vie de faire des choix, de se dire je quitte tout pour me « mettre à mon compte ». Et quand on aime tout ce que l’on fait, c’est encore plus difficile!

Alors pour l’instant je garde les deux, je forme la journée, et le soir et les week end, je m’assieds sur mon toit pour créer et vous faire plaisir.

Etant donné que j’ai le choix, mon but n’est pas de multiplier mes commandes et d’en faire une activité qui me prenne trop de temps.
Je souhaite réellement vous apporter un travail de qualité, handmade et personnalisé.
Travailler pour des gens qui respectent la création et le travail manuel est d’une importance capitale pour moi et jusqu’à maintenant, j’ai eu beaucoup de chance avec mes clients.
Je souhaite faire perdurer cette relation de confiance.

Fini le blabla, maintenant que mon nouveau site est terminé, vous pourrez aller le consulter directement et accéder à ce blog via le lien prévu à cet effet (blog dans le menu principal).
Je vais peu à peu incorporer les articles de ce blog dans mon site.

En bref, allez vite vous connecter sur www.assisesurletoit.com

Publicités
septembre 20, 2012

Pop in the city

Un article qui va vous surprendre je le pense car rien à voir avec le scrapbooking, la photo ou la déco!
Mais un article pour vous les filles (et pour vous les garçons qui avez des copines extraordinaires-enfin sinon dommage pour vous).

Un article pour remercier 3 nenettes à l’origine de Pop in the city: le premier raid urbain féminin. Le concept étant de découvrir des villes européennes au travers de challenges sportifs et culturels.

La première édition a eu lieu le week end dernier à Porto au Portugal. L’expérience fut extraordinaire! Des énigmes intelligentes, des habitants d’une gentillesse sans nom, une ville avec un charme fou!
En résumé: on en devient vite addict! A un tel point qu’on attend la prochaine édition avec impatience!!!!

Ce week end n’aurait jamais eu lieu sans la ténacité de ces 3 Pop Pop Girls! Alors merci à ces gens qui croient en leurs rêves, qui vont jusqu’au bout et qui nous donnent à nous, envie de nous dépasser.

Pour en savoir plus sur cet événement: www.popinthecity.com
Devenez fan sur Facebook: Pop in the city

En espérant vous voir nombreuses pour la prochaine édition!

février 11, 2009

La nuit, tous les chats sont…

Je rêve
Dans mes nuits comme dans ma vie
Je rêve
Mexico se transforme devant mon regard ébahi
Un autre monde se dessine au fur et à mesure de mes pas
Dans la nuit profonde et sombre de ce chemin
Je rêve
Les bruits deviennent sourdine
Les voitures deviennent des élephants
Les gens des diseurs de bonne aventure
Les immeubles des arbres immenses ayant pour sommet des cabanes
Et je suis là,
Mes petits pas traversent cette vie, mes pieds caressent cette bulle qui me transporte et me protège
J’avance à la mesure des secondes qui passent
Puis d’un coup
Il est là,
Me regarde fixement
Un frisson de défaillance me parcourt
Sa taille dépasse mon entendement
Il est bien réel mais sa dimension, elle, est irréelle
Puis il passe sa route et moi je me recroqueville dans ma bulle
Une rencontre furtive dans les rues de Mexico

La nuit, tous les chats sont…des rats

janvier 30, 2009

Inventez le futur!

dicoAprès avoir écrit « Le dictionnaire impertinent du futur », Anne-Caroline Paucot a voulu donner à tous la possibilité d’inventer « des mots du futur et par là des concepts, objets, services, idées, philosophies de demain. Comme on ne peut pas penser sans mot, cette activité créatrice s’impose. » Elle a donc créé un site capable d’accueillir cette production collective.
Le principe consiste à s’appuyer sur une actualité, un enjeu de société une technologie récente pour inventer de nouveaux mots. Les internautes sont invités à commenter, créer un mot, l’illustrer, le compléter, proposer une définition ou encore à demander à la communauté des inventeurs du futur de les aider à inventer un mot pour nommer une nouvelle réalité. La plupart des mots sont suivis d’une rubrique « C’est déjà demain » qui en explique l’origine et remet les choses dans notre contexte présent.

Un exemple, le pack Ploubel. Se serait un pack nous permettant de nous défaire de tout message publicitaire pendant un temps donné.
« C’est un matin en prenant sa douche que Milos Corman eut l’idée de ce pack : « Après avoir écouté les 5 minutes de pub de la société qui assure mon réveil, les gargouillis mercantiles de ma machine à café, les litanies consuméristes de mon grille-pain, les radotages de ma baguette, les jets sonores publicitaires qui me permettaient d’avoir de l’eau pour prendre ma douche, j’ai craqué. J’aurais payé pour qu’on arrête de me vanter les qualités d’une serviette plus douce que douce. Je me suis dit que je n’étais certainement pas le seul dans ce cas. » »

Je vous invite à inventer le futur ou à lire quelques idées drôles, philosophiques et surtout à rêver pour mieux penser l’avenir!

http://www.dictionnairedufutur.fr

janvier 23, 2009

Et si on partageait…

ventjes-ring-schuinNos connaissances!
En ce moment, j’ai la chance de donner des cours la journée et de prendre des cours le soir. Une sorte de cercle d’apprentissage. Se mettre dans la peau d’un prof puis ensuite d’un élève est quelque chose de non moins intéressant d’un point de vu pédagogique. Cela permet au côté prof de s’écouter, d’analyser chacune de ses phrases et générer une compréhension simple pour un public cible. Et le côté élève de mieux comprendre le prof et les difficultés de passation de connaissances qu’il peut rencontrer. Ce qui marche pour les uns ne marche pas forcément pour les autres. Chaque personne possède un process de mémorisation qui lui est propre, d’où la difficulté d’adapter un message unique pour des personnes multiples, en prenant en compte le niveau et les capacités de chacun.
Un mélange de sciences humaines et surtout d’altruisme, c’est tout simplement…pas simple! Mais carrement passionnant!
Allons bon, que serait le monde si on partageait tous nos connaissances? Si chacun redistribuait un peu de son savoir? Cela ne voudrait pas forcement dire qu’on deviendrait tous plus intelligent (concept très subjectif à mon sens), mais au moins, cela pourrait faciliter la diffusion rapide de compétences, cultures, Histoire, sciences… en bref, devenir des érudits?

janvier 20, 2009

Formation à la Mexicaine

mariachi_smallContexte : chargée de projets de formations dans les écoles ou entreprise, il m’arrive souvent de devoir former les professeurs ou tuteurs sensés développer le projet au sein de leurs établissements(hum hum).

Emmitouflée jusqu’à mon sens olfactif, je demande avec un regard compréhensif (face au mexicain, ce regard subit un coefficient 10)
–  » Vous avez eu des problèmes avec les embouteillages? Que s’est-il passé? »
Un groupe de personnes arrivent avec une certaine nonchalance et daigne me répondre :
–  » Non rien du tout »
D’habitude, j’ai le droit à un « excusez moi », ou au moins à une excuse qui ne tient pas debout, mais au moins..à quelque chose!!!
Il est juste 11h… La formation commençait à 9h. Tout va bien.

Un rétro projecteur arrive enfin par miracle dans ma salle, après au moins 4h de retard. Pas de commentaire, c’est normal.
Il ne marche pas, c’est normal aussi. J’éteins la lumière, et là, le chaos semble s’immiscer dans cet hangar. Tous les ordinateurs s’éteignent en même temps. L’interrupteur qui sert à éteindre la lumière sert aussi à couper le courant… c’est normal!

Puis mon collègue technicien de me prévenir avec son air de « non cette fois Maryline je ne blague pas » :
– » Tu sais ce que tu dois faire si quelqu’un s’électrocute? »
Je réponds en le regardant fixement :
–  » Lui donner un grand coup de pied afin qu’il tombe par terre »
– » Cool que tu saches ça, bon courage »
Il me laisse seule.
Les cours de secourisme n’auront pas servi à rien. C’est rassurant…c’est normal.

Je commence enfin mon cours et les autres salles environnantes aussi. A côté, cours de menuiserie, imprimerie et bricolages en tout genre.
Des fenêtres pour vous séparer des autres, mais pourquoi faire, je vous le demande?
On a donc juste du bruit, du froid, des ordinateurs qui s’éteignent avec la lumière (pratique en quittant sa salle par contre) et, ah oui j’avais oublié, des professeurs qui tentent de télécharger des mp3.

Et un commentaire de fin de journée d’un de mes collègues : « c’est un peu anti-pédagogique tout ça »

Je reste quoi. Et patiente. Et calme. Et optimiste. Je fais des blagues en espagnol, et ça, c’est vraiment bon signe!
Changer son regard sur les choses, ça vous change les journées que vous aviez du mal à supporter avant!
PS: il reste encore 7 jours de formation…

janvier 19, 2009

Un peu plus d’âme

Sans critique aucune, mais voila, les photos de nos chers petits numériques me rendent triste. Ces appareils sont bien pratiques de part leur taille mais ils n’arrivent guère à retranscrire ce que nous voyons.  Les visages, les paysages possèdent une âme que seul notre regard peut arriver à percer sur le moment présent. Et pourtant, certaines photos arrivent à nous transporter, voir même à nous faire pleurer tellement la beauté transpire au travers des couleurs, des courbes. Chacun doit pouvoir vivre une scène à travers une photo, percer l’histoire et la personnalité d’un visage, s’imaginer comment vivaient les gens dans cet endroit il y a des années en arrière. La photo nous rapproche de notre passé et c’est aussi l’empreinte de notre histoire pour nos enfants. C’est le présent d’un moment que l’on voudrait garder à jamais, c’est une boite à souvenir qui complète celle que l’on a en nous. C’est un lieu d’expression artistique pour transmettre une sensation, une idée, une vibration.

Je vais m’y mettre.
Depuis le temps que j’en avais l’envie.
J’ai perdu mon petit appareil photo à la Réunion.
Les choses n’arrivent pas par hasard.
Les chemins qui se croisent mènent toujours quelque part.
Pourquoi attendre de telles choses pour enfin se lancer?
Faut-il perdre des choses pour avancer?
Faut-il perdre quelqu’un pour se rendre compte à quel point on l’aimait?
Alors c’est parti, je vais m’y mettre,
A la photographie.

En esperant bientot pouvoir vous faire partager mes clichés grâce à ma nouvelle acquisition 😉

janvier 12, 2009

L’île du bonheur?

pc300696Traverser deux océans et parcourir le ciel un instant pour se défaire d’un Mexico dense et populeux et rejoindre une île magique au milieu de l’Océan Indien. La Réunion. Ce bout de terre ruisselle de mille merveilles et vous ravive de l’intérieur. Des paysages éclectiques où s’enchevêtrent les montagnes, l’océan, la roche volcanique. Toute une palette de couleur et d’odeurs. Les jours passent et vous réalisez à peine. Vous vous sentez bien sans trop vous l’expliquer. Puis le voyage s’achève, cette île vous marque de son empreinte. Ses forêts brumeuses au caractère fantastique, ses couchers de soleil au dessus des nuages, sa végétation flamboyante et parfois burlesque de part la forme de certaines fleurs.

Nous sommes en France et pourtant un mélange de cultures montre la richesse de cette population métissée. Les gens, les coutumes s’entremêlent sans pour autant s’entrechoquer. Des regards pacifistes et un bien être collectif s’y déploit.

Un havre de paix qui vous fait respirer de l’air pur. J’espère pouvoir rejoindre cette île envoûtante bientôt. Et en attendant, profiter de mexico!

décembre 5, 2008

Match culturel : France – Mexique

frontgeorgetafmexLe mexicain…

Supporte les embouteillages.
Décroche son téléphone en pleine réunion.
N’aime pas être « pressionné » (no me presiones, comme ils disent).
Te disent oui alors qu’ils pensent non (je songe à prendre des cours d’interprétation).
Peux tu me faire cela? Oui je te le fais « ahorita », la traduction littérale est « maintenant », sauf que leur maintenant peut durer des heures, des jours, voir des mois.
Restons vague…c’est la clé.
Ne communique pas. Pourquoi s’exprimer alors que les choses finissent toujours par se savoir? Heuu… pour gagner du temps peut être? Ou éviter les malentendu?
T’abandonne au dernier moment. Oui oui je te jure je viens ce soir. Et puis te voila seule à attendre sur le trottoir.
Se vexe. Ne pas dire ce que l’on pense à un Mexicain, parfois c’est plus simple. Si si je vous jure.

Le français…

Aime l’organisation, du moins dans son travail.
Dit ce qu’il pense.
Se plaint souvent.
Pense refaire le monde en une journée.
Frappe avant d’entrer.
A des préjugés.
Ne pense pas que les choses puissent être autrement.
Ne se douche pas (les mexicains restent persuadés que nous sommes encore tous comme Louis XIV).
Est fier de lui.

Voici quelques généralités, certaines s’appliquent réellement. Ce n’est pas si évident de s’adapter, des efforts doivent être fait. Vivre dans un autre pays met à sac vos idées préconçues et ce n’est pas toujours facile à accepter.
Alors oui, je continuerais à frapper avant d’entrer, à prévenir quand je suis en retard et être organisée dans mon travail. Car ces choses là n’interfèrent pas dans la culture de mes mexicains. Et puis malgré les ahorita et les choses qui me font bondir, je ne me peux m’empêcher de les aimer.

décembre 1, 2008

Seule

zacatecas-2191Paradoxalement, c’est en voyageant seul qu’on se sent proche des gens. Votre regard est différent sur les choses qui vous entourent et les personnes vous considèrent d’une autre façon. Être seul n’est pas commun et l’être humain continu à penser que seul, on ne peut rien, on ne partage rien, on ne ressent rien. A-t-on besoin des autres pour se sentir vivant? Je pense que oui d’une certaine manière car la beauté du monde réside bien dans ces peuples, ces cultures et histoires. Ceci ne peut s’inscrire sans les autres. Ces autres qui font naviguer notre vie, la conforme, la déforme ou la conforte. Nous vivons dans un monde ou la personne seule n’a pas lieu d’être. Chambre double, 2 pour le prix d’un, une paire de chaussettes. Le couple est la base. Ce besoin de l’autre est inscrit en nous comme quelque chose d’inné, on en oubli d’apprivoiser la solitude, de s’offrir des moments à soi, de se retrouver en face de sa propre image. La solitude passagère permet pourtant de mieux retrouver l’autre. C’est partir quelques jours, quelques mois, seul, à la rencontre de soi et des gens. Être seul pour se rendre compte à quel point le besoin des autres est important. C’est prendre la mesure de chaque minute et tendre l’oreille aux histoires que ces visages veulent bien vous compter. Quelques moments magiques qui vous apprennent à mieux partager quand vous êtes enfin deux, ou plusieurs.